Innover n’est pas toujours sans risque. Certains inventeurs l’ont appris à leurs dépens. Alors qu’ils ont contribué à avancer le monde, ils ont perdu la vie à cause de leur invention. Voici quatre inventeurs présents dans ce funeste lot.

Franz Reichelt

Couturier Autrichien, Franz Reichelt  arrive à Paris en 1900 et commence 10 ans à travailler sur un costume parachute qui permettrait de voler comme une chauve-souris. Il achève le projet en 1912 et met effectivement au point costume-parachute en toile caoutchoutée qui reprend la physionomie des chauves-souris. Le 4 février 1912, il fera, en guise de test, un saut du premier étage de la Tour Eiffel avec son costume. Le costume ne s’ouvra pas et Franz fit donc une chute libre qui lui sera fatale.

Horace Lawson Hunley

Nous devons le premier sous-marin à Horace Lawson Hunley, né le 20 juin 1823 au Tennessee, aux États-Unis. Cet ingénieur de la Confederate States Navy. Quand il participait, avec James McClintock et Baxter Watson, au développement du CSS H.L. Hunley, il était loin de s’imaginer que cet appareil causera sa mort. Après plusieurs essais réussis, Hunley trouvera la mort le 15 octobre 1863, emporté au fond de l'Atlantique, à bord de sa création.

Valerian Abakovsky

Ce chauffeur russe a pensé et inventé l’aérowagon. Cet appareil devrait servir à transporter plus rapidement les cadres du régime soviétique. L’aéromoteur et l’hélice de traction dont est équipé l’appareil lui permettaient de se déplacer à une vitesse de 140 km/h. Si le voyage inaugural a semblé bien se dérouler, l’engin déraille au retour et occasionne 6 pertes en vie humaine dont celle de Valerian Abakovsky.

William Bullock

William Bullock est l’inventeur de l’imprimerie rotative. Il n’en sera cependant pas magnifié longtemps de son vivant. En avril 1867, alors qu’il tente d’ajuster une courroie d’un coup de pied, il se fait prendre la jambe et meurt quelques jours plus tard, des suites d’une gangrène.

 

Que retenir ? Les inventions ne sont pas toujours clémentes avec leurs auteurs. Par la faute de leur invention, certains créateurs n’ont pas pu profiter des revenus financiers et des améliorations apportées par leurs créations.